Vous êtes ici

Activités

Henri Maldiney le 4 août 2012, lors de la célébration de son centenaire.

   

Manifestations, conférences, publications

22-23 mars 2018 à LYON : Centre hospitalier Saint-Jean-de-Dieu

Journées de recherche et de formation :   

Comprendre la psychose avec Henri Maldiney 

L’anthropologie philosophique et ses implications dans la pratique psychiatrique

 

Activités en cours

Séminaires 2019-2020 autour de la pensée d'Henri Maldiney.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour en savoir plus.

Séminaire interdisciplinaire proposé par Anne BOISSIERE et Jean-François REY à Lille

A la croisée de la psychiatrie, de l’esthétique et de la philosophie

Nous vous convions à enrichir de votre présence, de vos travaux et de vos pratiques un lieu et un moment de réflexion et de dialogue autour de textes fondateurs. Chacun des substantifs choisis pour nommer ce séminaire recouvre le travail théorique et pratique d’Henri Maldiney (rencontre), de Jean Oury (accueil) et de Jacques Schotte (contact).

Si nous vous indiquons ci-dessous quelques textes fondateurs et spécifiques pour commencer, chaque séance sera consacrée à un ou deux textes plus courts qui introduiront nos échanges. Il s’agit d’un séminaire où chacun apporte sa contribution. Les personnes volontaires peuvent animer telle ou telle rencontre en présentant un texte ou un document de son choix, ou encore une situation professionnelle. On peut, bien entendu, aussi inviter ponctuellement tout chercheur, enseignant ou praticien.

Une rencontre mensuelle est à prévoir. Nous vous proposons dès maintenant de nous réunir le 3e vendredi de chaque mois.
UNE PREMIERE REUNION SE TIENDRA LE VENDREDI 20 SEPTEMBRE 2019 A l’ECOLE EUROPEENNE SUPERIEURE DE TRAVAIL SOCIAL (EESTS) 22 rue HALEVY à Lille (Métro CORMONTAIGNE) A 18h 30.

La première année (2019 – 2020) développera chacune des trois notions (rencontre, accueil, contact) dans le champ plus spécifique de la psychopathologie et de l’accueil de la folie.
La seconde année (2020- 2021) sera consacrée plus particulièrement à l’art et à la catégorie de l’œuvre.

ARGUMENTAIRE

Henri Maldiney (1912 – 2013) était philosophe. Jean Oury et Jacques Schotte étaient psychiatres. Jean Oury, formé à Saint Alban, fonda et dirigea la clinique de La Borde jusqu’à sa mort en 2014. Jacques Schotte, psychiatre, psychanalyste, enseigna à l’université de Louvain. C’est lui qui invita à Louvain après la guerre le psychanalyste hongrois Léopold Szondi. Il a été l’étudiant puis l’ami de Maldiney qu’il introduisit auprès de Ludwig Binswanger et de Roland Kuhn.

L’objet du séminaire que nous vous proposons aujourd’hui est de penser à nouveaux frais la notion de rencontre déployée par Maldiney dans la clinique de la psychose (Penser l’homme et la folie. 1991) et dans l’esthétique (Art et existence. 1985. Ouvrir le rien, l’art nu.2010). L’unité de ce travail est à chercher du côté du PATHIQUE, notion commune à ces trois auteurs, lecteurs attentifs d’Erwin Straus (Du sens des sens 1935). Le ‘’sentir’’, traduction non exhaustive mais la plus rapprochée du PATHIQUE, est le socle commun. C’est là que Jacques Schotte jeta les bases d’une ‘’anthropopsychiatrie’’ issue du PATHEI MATHOS d’Eschyle (apprendre par l’épreuve). De son côté, Jean Oury inventa le concept de PATHOPLASTIE pour désigner les effets délétères et morbides des établissements asilaires du siècle dernier.

Bien entendu, dans le contexte actuel où le modèle naturaliste et a-théorique fait bon ménage avec les pratiques de réclusion et de contention, revenir sur ces principes devient nécessaire.

Le sentir en art et le sentir en institution relèvent de la même dimension. La rencontre d’une peinture ou d’une sculpture, une écoute musicale, qui nous touchent sont analogues à la rencontre d’une personne : c’est une surprise. Cette rencontre devient un événement et simultanément un avènement à soi au contact de l’autre, œuvre ou personne.

BIBLIOGRAPHIE (ces textes peuvent être travaillés collectivement) :
Henri MALDINEY : Psychose et Présence in Penser l’homme et la folie, Jérôme Millon ed.
Jacques SCHOTTE : Comme dans la vie, en psychiatrie… Les perturbations de l’humeur comme troubles de base de l’existence. In SZONDI AVEC FREUD, De BOECK, Bruxelles
Jean OURY, Pathique et fonction d’accueil en psychothérapie institutionnelle
 CONTACT (Jacques Schotte éditeur) De BOECK, Bruxelles, 1990.

Paris, Séminaire SFP : Psychothérapie psychanalytique des patients psychotiques

                                 Séminaire SPF 2018-2019 : Nicole Auffret, Christian Chaput 

 

                                  Psychothérapie  psychanalytique des patients psychotiques

        « Le sensoriel, l'existentiel, le pulsionnel »

Retour, cette année aux conceptions fondamentales de Gisela Pankow : les deux fonctions structurantes de l'image du corps dans la psychose.  Nous les approfondirons en relation avec les autres approches cliniques ou théoriques qui ont compté pour elle, Freud au premier plan,  bien sur mais aussi Kretschmer, Binswanger , Winnicott, Lacan,Frieda Fromm-Reichmann , Searles , Oury , de M'uzan ,Maldiney, Prinzhorn.

Être là, co-exister, rencontrer dans le transfert ,«  cadre » d'un corps à corps « structurant », qui aboutit à l'émergence du désir, tels sont les axes que nous étudierons. Le rôle de la famille et celui des institutions et de leurs évolutions actuelles, seront bien sur pris en  compte de même que celui fondamental de l’accès a la créativité :l’auto-genèse de soi

La lecture de «  Homme et sa  psychose », «  L' être là du schizophrène » «  Structure familiale et psychose » est vivement conseillée,ce sont les trois ouvrages de Gisela Pankow que nous utiliserons comme fondement, d'autres lectures seront évoquées lors de la séance d'introduction                                          

                                               Programme 2018-2019

Lundi 1er octobre 2018 :

 Nicole Auffret-Christian Chaput :  rappel des concepts et de la pratique de Gisela Pankow, de ses relations conceptuelles avec les autres thérapeutes

Lundi 5 novembre 2018:

 Marcianne Blévis et Christian Chaput : «  Dialogue à propos de L’être-là du schizophrène »

Lundi 3 décembre 2018 :

Chantal Lheureux Davidse : «  La question des automutilations , de la douleur et de son expression »

Lundi 7 janvier 2019 :

Nicole Auffret : Articulation psyche soma chez Winnicott : «  On  m'a changé mon regard... »

Lundi 4fevrier 2019 :

 Mathieu Bellahsen, psychiatre responsable d'un secteur psychiatrique: «  Les institutions  et la psychose aujourd'hui »

               pas de séminaire en mars (vacances scolaires)

Lundi 1er avril 2019

Chantal Lheureux Davidse : travail de construction du sentiment d'exister avec la médiation d'une salle multi-sensorielle Snoezelen

Lundi 13 mai 2019 :

Christian Chaput   « Sortir du zoo familial »

Lundi 3 juin 2019 :

Michel Nedjar et Christian Chaput: «  Traumatismes, risque d'effondrement et créativité »

Le séminaire aura lieu à L’usic 18 rue de Varenne 75007 PARIS

à 21H

                                             on s'inscrit en adressant un Mail ou en téléphonant

                                          soit à :       nicole.auffret@free.fr,

                                               tel:       01 40 40 94 12 ou 06 66 06 46 05

                                          soit à :       chaput.christian@ libertysurf.fr

                                                   tel :      01 47 55 61 62

 

Blois, Séminaire 2017-2018 PSYCHANALYSE ET EXISTENCE « La psychanalyse au risque d’exister »

Animé par Eric Elsener : Renseignements : 06 61 21 20 71

PSYCHANALYSE ET EXISTENCE

« La psychanalyse au risque d’exister »

2017-2018

Il s’agit d’aborder l’existence de la psychanalyse à deux niveaux :

Le premier est celui des modalités de sa transmission et des conditions de sa survie : attaquée de tous côtés la psychanalyse est en danger  d’exister,  sa présence et son attrait se raréfient pour la plus grande joie de nouveaux gestionnaires de l’épanouissement des personnes qui considèrent qu’inconscient, pulsion, répétition et transfert,  sont les concepts dépassés d’un âge heureusement  révolu. Lacan avait prévenu : la psychanalyse ne peut rien contre la bêtise. Cette impuissance condamne-t-elle à la soumission ? Si psychanalyse en institution et institutions psychanalytiques sont sur le même bateau, qu’est-ce qui tombe à l’eau ?

Le second concerne son voisinage avec les pensées de l’existence : le préalable à toute cure analytique est d’en avoir un désir décidé, mais qu’est-ce qu’un désir décidé, sinon une résolution existentielle ? Résolution est à entendre ici dans ses deux sens de « décision » et de « solution ». A moins, précisément, que la trajectoire ou le déploiement  d’une analyse ne soit la mutation d’une décision en résolution,  ou le passage d’un « désirer résoudre » à (en) un « être résolu à désirer ».

Exister c’est « être en demeure d’exister ». C’est pourquoi l’existence peut, parfois, se soutenir heureusement du pari de la psychanalyse. Réciproquement la psychanalyse ne peut faire pour elle-même l’économie du risque inhérent à l’ouverture de l’existence. Questions d’engagement et de créativité - d’éthique donc - où se croisent et se nouent,  en un chiasme resserré par le champ du désir,  les vecteurs du corps et de la parole.

Animé par Eric Elsener, docteur en philosophie et psychanalyste. Les références théoriques seront conditionnées par l’articulation logique que nous essayerons de dégager entre Freud, Lacan, Heidegger et Maldiney. Aucun savoir préalable n’est requis.

Nous ouvrirons cette année par une lecture de l’article « l’existence » d’Henri Maldiney , in  « Penser l’homme et la folie », Millon, Grenoble. Aucun savoir préalable n’est requis

Le 2ème mercredi de chaque mois, d’octobre à juin (exception en mai)  de 20h à 22h dans les locaux de l’ACESM, 2 rue Ste Anne (2ème étage) à Blois.

(11 octobre, 8 novembre, 13 décembre, 10 janvier, 14 février, 14 mars, 11 avril, 16 mai, 13 juin )