Accueil

© Jacqueline Salmon

« Maintenant, c’est à vous ! ». C’est en ces termes qu’Henri Maldiney a conclu ses remerciements le jour de son centième anniversaire en adresse à ceux qui étaient venus le fêter. Cette amicale injonction avait quelque chose de profondément émouvant de la part d’un homme aux confins de sa vie. C’est bien à nous tous, les amis de sa pensée, qu’il s’est adressé et a donné toute sa confiance pour après...
Henri Maldiney est l’homme et le penseur de la parole et du regard.
Parole de l’enseignant qu’il fut toute sa vie. Cette parole a été surtout une parole au service de la pensée, pensée qui se construisait au fur et à mesure de l’énonciation de sa propre parole vive. Sa parole était d’abord une voix, une voix à la sonorité colorée de son origine franc-comtoise et dont le flux et le rythme purement oral paraissaient être le jaillissement même de la pensée.
Homme du regard aussi, tel fut Henri Maldiney. Regard sur l’homme, le monde et sur la pensée elle-même. A l’appui de sa pensée, Maldiney, avec la même acuité, aimait aussi bien convoquer les grands penseurs de la philosophie que se référer à quelques domaines particuliers comme l’art, la folie, le langage… Ceux qui assistèrent naguère à ses présentations d’œuvres d’art se souviennent comment ils apprirent à regarder une œuvre et là où il fallait voir pour comprendre. Aujourd’hui, cette expérience reste possible à travers son œuvre écrite. « Apprendre à voir, comprendre son voir et formuler son comprendre » disait-il. Cette expérience vaut avant tout comme mobilisation. Ce regard n’en reste pas à une passivité contemplative car il est celui d’une pensée qui met en demeure d’être.
Sans concession, toujours radicale, d’une obstinée rigueur : la pensée de Maldiney est une éthique de l’authenticité.

 

Actualités

"Cours d'esthétique sur Cézanne du 24 janvier 1979"

Lire le cours

Parution des actes du colloque de Cerisy
"À l'épreuve d'exister avec Henri Maldiney"
 Bon de commande

Séminaire Chaput et Lheureux-Davidse
Christian Chaput : « Du délire pour supporter l’inexistence
à la relation pour exister au  monde » Lundi 27 février 2016
L’usic 18 rue de Varenne 75007 PARIS à 21H

AG de l'AIHM
Samedi 1er avril à 14 heures
à 17 h, conférence de Mme Fr. Dastur
Arfis école, 13 rue Emile Decorps Villeurbanne